La fondation de l’entreprise Stérimed

Mémoire préparé par Axelle Vernier

Directeur de recherche : Nicolas Marty

Stérimed est une entreprise située à Amélie-Les-Bains-Palalda, dans les Pyrénées-Orientales. Elle est productrice de papier d’emballage pour matériel médical et chirurgical à l’échelle mondiale, cependant sa fondation de base, en 1910, reste locale. Les informations primaires étant très minces et les archives de Stérimed concernant cette période étant détruites, il fallait trouver un moyen de collecter des sources. J’ai alors choisi de constituer une biographie autour du fondateur désigné de l’entreprise, pour créer un corpus de sources relatives à la fondation de l’entreprise, puis d’utiliser cette biographie pour en comprendre les raisons.

Usine des « Papeteries du Roussillon », Palalda, 1917.
Sources : archives de l’entreprise Stérimed

La biographie du fondateur désigné de l’entreprise, Michel de Pous, a été constituée en trois temps. Tout d’abord, il s’agissait de trouver des informations qui le concernaient à travers plusieurs sources telles que les listes nominatives de recensement, son matricule militaire, ses registres hypothécaires, ainsi que des archives externes aux Pyrénées-Orientales, Michel de Pous étant originaire d’une lignée aristocratique du Tarn. La suite logique était de traiter du cas de sa femme, qui est à l’échelle locale plus intéressante. Henriette de Balanda, fille de Joseph de Balanda et d’Eulalie de Chefdebien- Zagarriga est en effet issue du milieu aristocratique du Roussillon. La troisième et dernière partie de sa biographie traite de sa casquette d’entrepreneur. Il a fallu mobiliser et constituer un corpus de sources, surtout notariées, relatant la création de l’entreprise, qui m’a permis de mesurer son rôle et de relater ses actions avant, pendant et après la fondation de Stérimed. Ce corpus de documents a en réalité eu plusieurs utilités, puisqu’il a également servi plus tard dans l’établissement du cadre juridique et économique de l’entreprise.

Grâce au travail biographique, j’ai pu établir un arbre généalogique permettant de comprendre le rôle de chacun des acteurs qui sont en fait principalement des membres de la famille. La femme et la belle-mère de Michel de Pous sont des actrices importantes de la création de Stérimed. Le terrain ainsi que la structure qui faisait anciennement office de moulin sont des propriétés appartenant à Eulalie de Balanda, sur lesquelles Michel de Pous a des droits d’agissements. La création de l’entreprise a généré une grande quantité d’actes notariés, effectués par 5 notaires, situés dans plusieurs communes du département telles que Céret, Arles-sur-Tech, Perpignan etc. qui m’ont permis de voir que le nom « Stérimed » n’est en réalité apparu que très récemment, puisqu’à l’origine elle s’appelait « Papeteries du Roussillon ». L’aspect juridique et économique des documents rédigés montre que c’est une société créée en 1910, contrairement à la croyance commune qui indiquait 1911 et son statut de Société Anonyme, accompagné des collaborateurs du Michel de Pous et de toute la liste des actionnaires dont certains étant de régions lointaines, montrant la grandeur du réseau familial.

Les voituriers de Fontpédrouse de 1800 à 1910

Mémoire préparé par Adrien Barrère

Directeur de recherche : Nicolas Marty

La montagne est aujourd’hui perçue comme isolée, éloignée et simple espace de tourisme d’hiver et d’été. Pourtant, avant sa « touristification » durant la deuxième moitié du XXe siècle et l’exode rural qu’elle subit dès la fin du XIXe siècle, la montagne est pleinement intégrée à de nombreux réseaux commerciaux. Les Pyrénées ont été le lieu d’un intense commerce. Les historiographies française et catalane ont, depuis la fin des années 1980, bien démontré la présence de nombreux marchands, acteurs essentiels de ce commerce1. Cependant, on constate un vide historiographique concernant un groupe d’acteurs indispensables pour le monde du commerce : les voituriers. Ces traginers, en catalan, sont nombreux dans le département des Pyrénées-Orientales. Les sources montrent notamment leur forte présence dans une localité montagnarde, située dans le Haut-Conflent, pays naturel frontalier du Capcir et de la Cerdagne, nommée Fontpédrouse. Qui étaient ces transporteurs fontpédrousats, comment vivaient-ils et comment pratiquaient-ils leur métier ?

Carte postale représentant un muletier aux environs de Mont-Louis.
Source : Association de protection du patrimoine de la commune de Fontpédrouse

Fontpédrouse est une commune située à cinq kilomètres de Mont-Louis et à soixante-deux kilomètres de Perpignan à vol d’oiseau. Elle se trouve dans la vallée de la Têt, sur la partie basse de la route nationale n°116, principal axe routier de ce territoire. Il s’agit d’un territoire de montagne où, jusque dans les années 1840 et 1850, la route n’est pas roulable. Les voituriers que j’étudie sont indispensables dans le commerce montagnard du XIXe siècle. Ils peuvent être des muletiers qui transportent leurs marchandises à dos de mules, mulets, ânes ou baudets, mais aussi des charretiers et des rouliers qui utilisent des charrettes et des charriots. Mon travail s’effectue au ras-du-sol2, c’est-à-dire au plus proche de la réalité de la vie concrète des individus étudiés. Mon but est de démontrer que la montagne et sa population sont loin d’être isolées.

Je tente tout d’abord de dénombrer le groupe des voituriers par le biais d’un croisement entre les listes nominatives de recensement et les actes notariés de Mont-Louis. Ce dénombrement est mis en lien avec le contexte d’aménagement routier du territoire qui joue un rôle prééminent. Ensuite, vient le moment de comprendre le fonctionnement de ce métier et la durée de son exercice, nommer les possibles produits transportés (vins et comestibles) et la nécessité du crédit pour exercer cette profession. Il s’agit également de démontrer l’importance de la pluriactivité dans cette localité. Enfin, je m’attarde un moment sur les structures et les transmissions familiales de ce groupe, qui s’inscrivent dans des usages pyrénéens catalans. En croisant les sources et en jouant sur les échelles d’analyses, je parviens, au fil du mémoire, à mettre en lumière un métier jusqu’ici peu étudié qui révèle bien des facettes. La fin de mon étude se situe en 1910 avec la mise en service du Train Jaune.

  1. POUJADE Patrice, Une société marchande : le commerce et ses acteurs dans les Pyrénées modernes, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2008, 474 p. []
  2. REVEL Jacques, « L’histoire au ras du sol », Préface de Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIe siècle, Paris, Éditions Gallimard, 1989, p. 1-33. []

La démographie historique de Perpignan depuis l’arrivée des Pieds-Noirs en 1962

Mémoire préparé par Shota Yokozeni

Directeur de recherche : Nicolas Marty

Accueil des Rapatriés d’Afrique du Nord, Listes nominatives, divers, 1962-1963.
Source : Archives Départementales des Pyrénées-Orientales, 104W6.

2022, ma première année en France, en Roussillon, je ne savais rien du tout. Mon amie m’a prêté un livre intitulé Histoire de Perpignan, parce qu’elle a appris que j’allais étudier l’histoire et que je n’en avais aucune idée. Je commence cet ouvrage par le temps contemporain. Il est écrit « les rapatriés d’Algérie : 36 000 d’entre eux débarquent à Port-Vendres, et en avril 1965 on en compte 15 000 dans la ville : une intégration sans trop de problème ».1 Cela m’a intrigué : Perpignan n’est pas si grande, cette immigration, c’est énorme non ?

Cette petite question est devenue le thème de mon mémoire pour le master. Je voudrais savoir ce que ce chiffre voulait dire par rapport à la population de Perpignan. L’accroissement démographique de 15 000 personnes dans une ville de taille moyenne, peut-on vraiment le résumer par une phrase comme « une intégration sans trop de problème » ? Comment cela a-t-il influencé Perpignan et ses habitants ? Je demande à mes connaissances, s’ils savaient quelque chose sur les rapatriés d’Algérie et cette histoire. Les réponses étaient toujours presque pareilles, « Ah les Pieds-Noirs ? Il y en a beaucoup ici / dans le Sud » ou « Le Moulin-à-Vent était créé pour eux ». Je m’interroge davantage. Beaucoup, mais c’est combien alors ? Et ils sont où ? Je ne les vois pas, vivant moi-même au Moulin-à-Vent. J’ai eu l’impression que l’Histoire que les gens d’ici reconnaissent pourrait être un peu incomplète, ou mal comprise. J’aimerais vérifier ce terme « beaucoup », qui est parfois très vague et fallacieux.

J’ai donc commencé par consulter quelques données statistiques, tels que le site de la mairie de Perpignan ou de l’INSEE, en essayant de trouver des détails démographiques sur les Français d’Algérie qui ont vécu ou vivent encore à Perpignan. La majorité des Français d’Algérie sont venus en France en 1962. En 1954, la population de Perpignan comptait environ 70 000 habitants. Alors, 15 000 ne sont pas un nombre négligeable. Mais, les données n’enseignent pas les détails de ces 15 000 personnes. Étaient-ils jeunes, âgés, femmes, hommes, ou enfants ? Donc, j’étends mes recherches aux autres sources.

La première source trouvée était les dossiers des Français d’outre-mer indemnisés pour la perte de leurs biens. Quand il s’agit de Perpignan, la grande majorité des bénéficiaires était les Français d’Algérie. Ces dossiers donnent des données démographiques sur les Pieds-Noirs qui habitaient toujours à Perpignan dans les années 1970 et 1980.

Ensuite, il y a les listes nominatives des arrivants à Port-Vendres, en 1962 et 1963, qui indiquent leur nom, âge, métier, destination. Je suis en train de créer une base de données démographiques à partir de cette source.

Pour démarrer, j’ai étudié les deux premières listes nominatives. Le nombre d’enfants était important chez les nouveaux arrivants à Perpignan : 53 enfants sur 85 personnes. La grande majorité des 32 adultes étaient des femmes (29), et cette tendance de répartition de sexe était similaire pour toutes les destinations. Alors, au moins au début, c’était une immigration très jeune et féminine. J’essaierai de révéler si cette tendance n’était le cas qu’au début, ou si ça a continué à travers le temps, s’il y avait d’autres particularités, etc.

  1. Wolff Philippe, Histoire de Perpignan, Toulouse, Privat, 1995, 295 p. []

La place sociale des pêcheurs de Saint-Laurent-de-la-Salanque au XIXème siècle

Mémoire préparé par Enzo Dubois

Directeur de recherche : Nicolas Marty

Barques catalanes amarrées au quai
Source : Fanny D sur Flickr (Licence CC Attribution)

Pour mon mémoire de master, j’ai décidé de m’intéresser à l’histoire des gens de mer à l’époque contemporaine, qui prend place dans un ensemble plus large qui est l’histoire maritime. À partir des années 1980, une attention plus grande est portée aux pêches côtières et aux petits ports. C’est à cette période que les gens de mer deviennent un objet d’histoire sociale, prisé notamment par les modernistes. Si la grande majorité des travaux d’histoire maritime se focalise sur la façade atlantique, il existe peu de thèses relatives à la façade méditerranéenne.

Pour le cas du Roussillon, Collioure, siège d’une amirauté de 1691 à 1790, concentre une part écrasante de la recherche historique maritime. Pourtant, au XIXème siècle, la Salanque est un centre de pêche reconnu à l’échelle régionale. En 1801, près de la moitié des habitants de Saint-Laurent-de-la-Salanque exercent une activité en lien avec la mer1. Cette commune est même le siège d’une prud’homie maritime, institution qui rassemble les patrons-pêcheurs afin de réguler la pêche au niveau local, ce qui montre l’importance de cette micro-région dans l’activité de la pêche.

L’objectif de ce travail est de réaliser une prosopographie des pêcheurs salanquais au XIXème siècle, période de mutation majeure pour l’ensemble du territoire salanquais, affecté par l’essor considérable de la viticulture et le déclin relatif de la pêche.

Plusieurs questions apparaissent alors : Qui sont les pêcheurs ? Quel est leur niveau de richesse ? Forment-ils un groupe homogène ? Pratiquent-ils la pluriactivité ? Sont-ils propriétaires ? Existe-t-il une endogamie et/ou une reproduction professionnelle ? Sont-ils présents en politique ? Comment s’adaptent-ils aux mutations socio-économiques ?

Toutes ces interrogations amènent à se questionner sur la place sociale des pêcheurs salanquais et son évolution au sein d’une société en pleine mutation au cours du XIXème siècle.

L’utilisation des sources de l’état civil offre une approche de l’endogamie et de l’alphabétisation (étude des signatures des registres), tandis que le cadastre napoléonien et les sources notariales servent de support à l’analyse économique de ce groupe. Dans une dernière partie, le rapport aux autres est étudié sous le prisme religieux, politique et judiciaire principalement par le biais des sources du conseil de fabrique et des tribunaux de paix.

  1. LOUBERE Léo et SANDSTROM Roy, « Saint-Laurent-de-la-Salanque : étude de structure sociale, 1801-1906 », Annales du Midi, 1989, vol. 101, n°188, p. 409-427. Disponible sur : https://www.persee.fr/doc/anami_0003-4398_1989_num_101_188_2256 []

Une histoire sociale de l’Aiguat : Les instituteurs du Haut-Vallespir et la catastrophe de 1940

Mémoire préparé par Joris Villaseque

Directeur de recherche : Nicolas Marty

Dans le cadre complexe de l’histoire environnementale, il est essentiel de reconnaître les acteurs souvent invisibles qui ont façonné notre compréhension des désastres naturels. Mon étude porte sur rôle des instituteurs dans les Pyrénées-Orientales pendant l’aiguat de 1940. Cela met en lumière l’importance cruciale de ces figures locales, à la fois témoins et acteurs clés de la résilience dans la région du Haut-Vallespir. L’aiguat, terme local désignant des inondations catastrophiques, a profondément marqué cette région montagneuse en 1940, causant destructions et bouleversements majeurs.

Photographie prise en octobre 1940 à Amélie-les-bains après la catastrophe de l’aiguat.
Source : dossier Maurice Pardé (1942), Archives départementales des Pyrénées-Orientales, 2J140.

S’appuyant sur le « dossier Pardé », un ensemble de correspondances d’instituteurs rédigées durant et après la crise, cette recherche a adopté une approche méthodique et réfléchie. Conservé aux Archives Départementales des Pyrénées-Orientales, ce dossier comprend des dizaines de lettres et rapports, principalement de la part d’instituteurs, compilés par l’hydrologue Maurice Pardé pour analyser l’impact des inondations. Ces documents exceptionnels révèlent comment ces éducateurs, ancrés dans leur environnement et formés en sciences, ont observé, décrit et analysé le cataclysme, agissant en tant que chroniqueurs perspicaces et interprétant les événements à travers leur expérience personnelle et leur formation.

En contribuant à la création d’une mémoire collective autour de l’événement, ils ont documenté et analysé les défis et les réponses de la société face à l’adversité, évitant ainsi les répétitions dans la narration de leur expérience.

Cette exploration historique présente un tableau de résilience et de coopération communautaire, soulignant le rôle essentiel des réseaux d’information locaux et de l’entraide dans la gestion de la crise. Les récits, ancrés dans l’expérience sociale et culturelle de l’époque, illustrent l’importance des instituteurs dans la gestion des crises naturelles.

Ce travail invite à une réflexion sur l’utilisation des connaissances et compétences historiques dans la gestion des défis environnementaux actuels. Une approche interdisciplinaire, intégrant par exemple les contributions de professionnels avec des disciplines scientifiques, semble indispensable pour appréhender la complexité des interactions entre les sociétés humaines et leur environnement. L’étude souligne l’importance d’intégrer les leçons du passé dans notre préparation aux futures crises environnementales.

Les métiers de la construction à Perpignan au début du XVIIIe siècle (1700-1730)

Mémoire préparé par Hugo Percher

Directeur de recherche : Julien Lugand

Mon sujet s’articule autour d’une étude sur les métiers de la construction à Perpignan au début du XVIIIe siècle (1700-1730). Réalisant une histoire au ras du sol, c’est-à-dire en essayant de reconstituer au mieux la société comme elle était autrefois, questionner l’impact économique et social de ces métiers dans une ville en pleine reconstruction est primordial. J’ai ainsi décidé de centrer mon étude sur le cas des ordinations de la confrérie des fusters de Perpignan en 1715.

Extrait d’une ordination de la confrérie des fusters (menuisiers) établi à Perpignan (10 juin 1715).
Sources : ADPO66, côte : 4 E 19. Photo personnelle

A la suite de mon premier dossier de recherche en troisième année de licence d’Histoire sous la direction de Patrice Poujade, j’ai fait le choix de poursuivre dans la continuité de ce que j’avais produit avec lui sur les métiers de la construction. En licence, cette étude était basée sur la ville de Collioure, et ainsi soumise à un petit échantillon. Néanmoins, pour mon master, nous avions décidé en commun que mon étude porterait sur une ville plus grande et plus urbaine, Perpignan, capitale du Roussillon et ville française après son annexion au royaume d’Espagne par Louis XIV le 7 novembre 1659. Après discussion auprès de mon directeur de mémoire, j’ai dû cadrer mon sujet, car je prenais le risque de me perdre dans un sujet qui s’apparentait davantage à un sujet de thèse.

Au fur et à mesure de mes recherches, j’ai compris la place importante qu’occupaient les métiers de la construction au sein de la ville, que ce soit aux niveaux politique, économique mais aussi social. En effet, au XVIIIe siècle, à Perpignan, le métier de menuisier est le deuxième plus représenté, ce qui prouve ainsi la richesse des sources à disposition. En somme, j’ai décidé de cadrer mon sujet autour d’un axe principal, celui de la règlementation du métier, qui occupe à la fois une fonction et un rôle politique, économique, social et institutionnel au sein d’une ville en pleine reconstruction.

Ainsi, mon mémoire s’inscrit dans cette richesse historiographique en approfondissant, à travers cette étude, l’histoire sociale et économique des métiers de la construction à Perpignan au début du XVIIIe siècle. Il s’agit de mieux appréhender les acteurs qui composent cette ville ainsi que les questions sur le rôle des institutions, à savoir la famille dans un premier temps mais aussi les confréries de métiers, en étudiant leur composition et leur impact dans le processus de transmission.

Les contrats de mariage au début du XVIIIe siècle à Perpignan

Mémoire préparé par Marie-Laure Deel

Directeur de recherche : Julien Lugand

Le sujet de mon mémoire concerne les contrats de mariage, ce sujet lie à la fois l’histoire de la famille, l’histoire du mariage et le patrimoine. Le mariage met en jeu des éléments économiques tels que la dot et le patrimoine familial. Tous ces aspects permettent d’étudier les relations entre les individus et les liens entre les familles.

Pour développer ce sujet, j’ai utilisé des sources manuscrites, en particulier des contrats de mariages et des testaments. Ce sont des sources fondamentales pour l’histoire sociale. Le mariage est perçu comme un moment clé dans la vie des individus de l’Ancien Régime, car le contrat structure et planifie l’union future. Pour traiter les contrats de mariage, en premier lieu, j’ai dû dépouiller des fonds d’archives de notaires de Perpignan. Pour ce faire, j’ai utilisé le concept de la démographie historique, qui étudie les comportements et les structures des populations du passé. Elle permet d’exploiter de façon systématique l’état civil, c’est-à-dire les registres de baptême, mariages et sépultures1. Pour élaborer mon corpus, le dépouillement a consisté à relever le nom des époux, les parents, les origines sociales, les métiers, l’âge et l’origine géographique. La démographie historique permet de mettre en avant la méthode de la recherche quantitative, qui met l’intérêt sur l’économie, le social, comparant les groupes plutôt que les individus. Pour ordonner toutes ces informations, j’ai créé un tableau Excel pour faciliter le travail de statistiques qui va être réalisé par la suite.

En étudiant ces contrats, j’ai vu se dessiner plusieurs perspectives comme la jurisprudence concernant le mariage et la succession, l’endogamie professionnelle mais aussi la signature de la future épouse qui m’amène à questionner son statut. Les recherches menées sur les femmes abordent très souvent le rôle de mère et d’épouse de la femme.  Or, dans la culture catalane, elle a une place importante car elle peut devenir l’héritière universelle (la pubilla).  En effet, il est question de l’héritier universel (l’hereu) et donc à travers ces contrats des stratégies familiales et matrimoniales se dessinent pour conserver le patrimoine familial. La question de la succession doit être étudiée même si elle n’est pas mentionnée dans les contrats, car elle reste un champ important dans ce mémoire. Avec ces mariages, on voit apparaitre une structure sociale, des liens, des associations de métiers et des niveaux de fortune qui s’entremêlent.

Extrait d’un contrat de mariage établi à Perpignan (15 mai 1709).
Source : ADPO66, cote :3 E3/850. Photo personnelle
  1. Garnot Benoît, La population française : aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles ; préface de François Lebrun, Gap, Ophrys (coll. « Synthèse [sigma] histoire »), 1988. []

Les scribes juifs et la pratique de l’écrit en caractères hébraïques à Perpignan au début du XVe siècle

Mémoire préparé par Anthony Gracia

Directrice de recherche : Claude Denjean

Durant le Moyen Âge, les juifs étaient regroupés en communautés partout en Occident. En Aragon, ces communautés étaient nommées Aljama. Elles étaient sous la domination de leurs souverains chrétiens, mais gérées en interne par des secrétaires juifs élus parmi les membres de la communauté1. Cette gestion concerne des divers aspects, mais celui qui m’intéresse le plus pour mes recherches est la production écrite en caractères hébraïques. Mon étude se concentre sur les rédacteurs de ces écrits et leurs pratiques de l’écrit. Paul Bertrand définissait ainsi succinctement les pratiques de l’écrit comme étant « les actes, actions, gestes de préparation, d’écriture, de lecture, d’analyse de l’écrit, mais aussi sa conservation, sa destruction, sa valorisation »2. Nous avons la chance de trouver aux Archives Départementales des Pyrénées-Orientales quelques documents en caractères hébraïques, fait assez rare pour être relevé3. C’est à partir de cette base et en recueillant la tradition de chercheurs travaillant sur des sources hébraïques tels que Colette Sirat que je mène mes recherches. L’ambition de ces dernières est de retracer le cheminement de l’écrit de ces scribes, des aspects matériels à la rédaction, grâce à une analyse fine de tous les aspects des documents composant mon corpus.

Les documents composant mon corpus sont des textes où le scribe ne fait que transcrire la parole de ces commanditaires. Dans ce cadre, il n’est qu’un intermédiaire entre la parole et l’écrit. Il ne signe pas, ne se nomme pas. Il est ainsi difficile de l’identifier formellement. Si nous pouvons différencier les rédacteurs d’un document à l’autre, retrouver qui ils étaient n’est en soit pas possible au vu du peu d’information disponible. De plus, si nous identifions un certain nombre de mains différentes, il est probable que certaines proviennent d’un même scribe. Shlomo Dov Goitein prévient : « deux brouillons du même contrat, l’un court et l’autre long ; écrits par le même scribe le même jour, peuvent présenter des graphies très différentes »4. Cette mise en garde est reprise par Colette Sirat5. Ainsi l’essentiel de mes travaux s’attache à cette pratique de l’écrit et vise à mettre en lumière de caractéristiques propre aux communautés juives ou celles relevant d’autres scripteurs. Ce choix est d’autant plus important que certains de ces documents ne présentent pas seulement des caractères hébraïques, mais sont le fruit d’une collaboration entre rédacteurs juifs et chrétiens, avec une partie de l’écrit qui est rédigée en latin par un notaire.

L’objectif principal de mon travail est ainsi de dresser un tableau, portrait d’une pratique, peut-être professionnelle, au début du XVe siècle.

Exemple d’une liste en hébreu réalisé dans le cadre de la pratique de la mise en ferme sur laquelle on retrouve à gauche la partie hébraïque et à droite latine.
Source : Archives Départementales des Pyrénées-Orientales, 1B335, « Aljama des juifs de Perpignan » (liasse), acte volant en hébreu et latin, 16 juillet 1411. Photo Anthony Gracia
  1. Forcano i Aparicio Manuel, Hurtado i Cuevas Víctor, Atles d’història dels jueus de catalunya, Barcelone, Rafael Dalmau Editor, 2019, p. 39. []
  2. Bertrand Paul, Les Écritures ordinaires. Sociologie d’un temps de révolution documentaire (1250-1350), Paris, Éditions de la Sorbonne, 2015, p. 16. []
  3. Cet effectif réduit de sources s’explique principalement par la non-conservation de ces sources dites de la pratique, ayant une validité temporelle courte, leur conservation dans le temps n’avait donc pas lieu d’être. []
  4. Goitein Shelomo Dov, A Mediterranean Society The Jewish Communities of the Arab World as Portrayed in the Documents of the Cairo Geniza, Vol. II, Berkeley, University of California Press, 1994, p. 240. []
  5. Sirat Colette, Du scribe au Livre. Les manuscrits hébreux au Moyen Âge, Paris, C.N.R.S., 1994, p. 129. []

Les mobilités spatiales des habitants et des acteurs institutionnels des territoires de montagne : entre choix et contraintes – Les cas de Bolquère et Olette

Mémoire préparé par : Tifaine Picosson

Directrice de recherche : Cécilia Claeys

Mon sujet de recherche porte sur les mobilités quotidiennes des habitants des territoires de montagne, avec pour étude de cas les communes de Bolquère et d’Olette. Dans le cadre de mon stage au sein du projet de recherche « MobiP-Mont » (Mobilités Plaine — Montagne)1, j’ai travaillé sur les discours et pratiques des usagers et des acteurs institutionnels locaux et régionaux. Les usagers sont des habitants vivant le long (ou à proximité) de la Route Nationale 116 et/ou de la voie ferrée.

Ce sujet de recherche est interdisciplinaire, puisque j’ai eu recours à l’histoire et à la géographie. Ces disciplines m’ont permis de contextualiser et d’analyser historiquement et spatialement mon sujet. De ce fait, j’ai procédé à des recherches archivistiques concernant la RN116 et j’ai réalisé des entretiens et des observations à Bolquère et à Olette. Le recours à des données statistiques, telles que celles de l’INSEE, a été également pertinent puisque cela m’a permis d’observer les évolutions (les similitudes ou les différences) des usagers de la mobilité spatiale dans ces communes.

Sortie de terrain à Olette (66), le 28 juin 2023. Photo Tifaine Picosson

À la suite de cette étude, deux principaux thèmes, transversaux à tous les entretiens et observations, se dessinent. Ces thèmes analysent et révèlent l’influence des politiques publiques sur les mobilités des deux communes. Ils révèlent également l’influence des modes de vie (et trajectoires de vie) sur les pratiques de mobilités des habitants. Par ailleurs, des questions autour des préoccupations socio-environnementales ont été étudiées à travers ces deux thèmes. Concernant le premier thème, les politiques publiques de mobilité mettent en avant des leviers et des complémentarités alternatifs à l’automobile privée. Ainsi, les acteurs institutionnels proposent des « intermodalités » (Zembri, 2016)2, mais dans la pratique, les habitants ne peuvent pas avoir recours à tout ce qu’ils proposent. Il y a une véritable opposition entre les discours et les pratiques.

Et, concernant le second thème, les habitants mettent en avant une tendance à être dépendants de la voiture. Cela est dû à leur mode de vie, mais également aux contraintes et aux choix auxquels ils doivent faire face lorsqu’ils doivent se déplacer quotidiennement. Cependant, afin d’être moins dépendants de la voiture, certains habitants cherchent à trouver des pratiques alternatives, soit des « altermobilités »3. En revanche, que ce soient les acteurs institutionnels ou les habitants, ils mettent tous deux en avant des enjeux sociaux, environnementaux et territoriaux.

  1. « MobiP-Mont » (Mobilités Plaine – Montagne) financé par la FED FREE (Fédération de recherche d’animation « Énergie et Environnement ») de l’UPVD. []
  2. Zembri, P. (2016). Chapitre 9 : Transports et réseaux : l’accentuation des mobilités. Géographie Humaine, pp. 299-335. []
  3. Vincent, S. (2008). Les « altermobilités » : une analyse sociologique d’usages de déplacements alternatifs à la voiture individuelle. Des pratiques en émergence ?  []

La migration dans les hauts cantons des Pyrénées-Orientales : 1841-1921

Mémoire préparé par Daniel Ridey

Directeur de recherche : Nicolas Marty

Photographie d’une mère et de son fils quittant leur foyer. (titre original : Mother and son field nature) Auteur : envoltorio. License Pixabay

J’ai décidé de traiter l’exode rural au XIXe siècle, plus précisément les migrations des populations dans les Pyrénées-Orientales de 1841 à 1921. Si on définit ce terme au travers des dictionnaires, l’exode rural est un phénomène de grande ampleur qui pousse les populations rurales (habitants de petites communes, généralement à la campagne) à quitter leur foyer d’origine pour s’installer en zones urbanisées telles. Par exemple, dans nos territoires, les villes situées sur le littoral méditerranéen. De plus, l’exode rural englobe plusieurs aspects thématiques qui sont à prendre en compte dans le cadre de ma recherche. A savoir, la mobilité des populations, le dépeuplement des villages de montagne et les cadres sociaux historiques. Pour mon cas, cela concerne plus les flux migratoires des familles, études des âges et les parcours familiaux sur deux voire trois générations. Ce sont les principaux enjeux que je compte étudier pour déterminer ces changements démographiques. Mon choix chronologique reste stratégique en raison de l’avènement de l’industrialisation dans les années 1850 et de l’après-guerre de 1914-1918. Pour constater ces changements, je vais me servir des sources archivistiques telles que les listes nominatives de recensement, les registres d’état-civils et les registres de matricule.

Les études qui concernent la migration se basent sur des aspects généraux. Nous savons que la vision simpliste des études migratoires basées uniquement sur le changement de résidence et des déplacements des individus, (d’un point A à un point B) sont nombreuses. De ce fait, les résultats démographiques présentent une baisse générale de la population pour une raison que les chercheurs évoquent comme une migration purement économique1. Néanmoins, reprendre les sources exploitées dans les études migratoires sont nécessaires dans le raisonnement de ce sujet de recherche2.

Mon étude porte sur une approche géographique précise qui sont les hauts cantons des Pyrénées-Orientales : Conflent Canigou et haut Vallespir. La raison de cette approche dans ce secteur géographique est particulière car il fait face à une délimitation physique (chaîne de montagnes des Pyrénées) et administrative (fixation des départements sous la Révolution française). L’étude de la région du Conflent Canigou et haut Vallespir permet de comparer des parcours migratoires des familles étudiées afin de mieux cerner leur foyer de départ dans les années 1841 jusqu’en 19213.

C’est dans cette optique que plusieurs problématiques peuvent être citées : Est-il possible, d’abord, de décrire cet exode rural tel qu’il a eu lieu ? Est-il possible, ensuite, d’essayer d’en comprendre certaines causes, ou du moins, ses ressorts profonds ? Enfin, quels changements l’exode rural a-t-il apporté sur ces terres pyrénéennes que sont le Vallespir et le Conflent ?

  1. Voir l’exemple de la thèse de Nicole Cantareil, Démographie et économique du Conflent de 1851 à 1914. []
  2. Paul André Rosental, « Maintien/rupture : un nouveau couple pour l’analyse des migrations », Annales E.S.C., n°6,1990. []
  3. Comme on peut le voir sur une carte ancienne des Pyrénées-Orientales du XIXe siècle, disponible dans les atlas à la bibliothèque universitaire de l’UPVD ou aux archives départementales des Pyrénées-Orientales. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search