La migration dans les hauts cantons des Pyrénées-Orientales : 1841-1921

Mémoire préparé par Daniel Ridey

Directeur de recherche : Nicolas Marty

Photographie d’une mère et de son fils quittant leur foyer. (titre original : Mother and son field nature) Auteur : envoltorio. License Pixabay

J’ai décidé de traiter l’exode rural au XIXe siècle, plus précisément les migrations des populations dans les Pyrénées-Orientales de 1841 à 1921. Si on définit ce terme au travers des dictionnaires, l’exode rural est un phénomène de grande ampleur qui pousse les populations rurales (habitants de petites communes, généralement à la campagne) à quitter leur foyer d’origine pour s’installer en zones urbanisées telles. Par exemple, dans nos territoires, les villes situées sur le littoral méditerranéen. De plus, l’exode rural englobe plusieurs aspects thématiques qui sont à prendre en compte dans le cadre de ma recherche. A savoir, la mobilité des populations, le dépeuplement des villages de montagne et les cadres sociaux historiques. Pour mon cas, cela concerne plus les flux migratoires des familles, études des âges et les parcours familiaux sur deux voire trois générations. Ce sont les principaux enjeux que je compte étudier pour déterminer ces changements démographiques. Mon choix chronologique reste stratégique en raison de l’avènement de l’industrialisation dans les années 1850 et de l’après-guerre de 1914-1918. Pour constater ces changements, je vais me servir des sources archivistiques telles que les listes nominatives de recensement, les registres d’état-civils et les registres de matricule.

Les études qui concernent la migration se basent sur des aspects généraux. Nous savons que la vision simpliste des études migratoires basées uniquement sur le changement de résidence et des déplacements des individus, (d’un point A à un point B) sont nombreuses. De ce fait, les résultats démographiques présentent une baisse générale de la population pour une raison que les chercheurs évoquent comme une migration purement économique1. Néanmoins, reprendre les sources exploitées dans les études migratoires sont nécessaires dans le raisonnement de ce sujet de recherche2.

Mon étude porte sur une approche géographique précise qui sont les hauts cantons des Pyrénées-Orientales : Conflent Canigou et haut Vallespir. La raison de cette approche dans ce secteur géographique est particulière car il fait face à une délimitation physique (chaîne de montagnes des Pyrénées) et administrative (fixation des départements sous la Révolution française). L’étude de la région du Conflent Canigou et haut Vallespir permet de comparer des parcours migratoires des familles étudiées afin de mieux cerner leur foyer de départ dans les années 1841 jusqu’en 19213.

C’est dans cette optique que plusieurs problématiques peuvent être citées : Est-il possible, d’abord, de décrire cet exode rural tel qu’il a eu lieu ? Est-il possible, ensuite, d’essayer d’en comprendre certaines causes, ou du moins, ses ressorts profonds ? Enfin, quels changements l’exode rural a-t-il apporté sur ces terres pyrénéennes que sont le Vallespir et le Conflent ?

  1. Voir l’exemple de la thèse de Nicole Cantareil, Démographie et économique du Conflent de 1851 à 1914. []
  2. Paul André Rosental, « Maintien/rupture : un nouveau couple pour l’analyse des migrations », Annales E.S.C., n°6,1990. []
  3. Comme on peut le voir sur une carte ancienne des Pyrénées-Orientales du XIXe siècle, disponible dans les atlas à la bibliothèque universitaire de l’UPVD ou aux archives départementales des Pyrénées-Orientales. []

Le rôle du milieu associatif pour la diaspora Amazigh depuis les années 1980 en France

Mémoire préparé par Emma Messaoud-Djebara

Directeur de recherche : Nicolas Marty

Mes recherches pour le mémoire du master CCS visent à comprendre et à expliquer le rôle du milieu associatif pour la diaspora Amazigh1, aussi appelée diaspora berbère2, depuis les années 1980 en France à travers l’étude de cas d’une association en particulier, à savoir l’Association de Culture Berbère ou ACB.

Drapeau berbère porté par un militant algérien.
Photo Ryad Kramdi / AFP, chargée sur Wikimedia Commons, sous licence CC BY-SA

En effet, étant moi-même issue de la culture Amazigh, j’ai fait le choix d’explorer des questionnements qui me concernent directement. Mon idée de départ était de comprendre comment une population ayant été amenée à migrer, parvient à conserver un patrimoine culturel commun, au-delà des frontières du pays d’origine. Mon intérêt s’est porté sur la diaspora Amazigh, présente en France depuis le début du XXe siècle, des suites de la colonisation française en Algérie. Je voulais, au début de mes recherches, étudier le mouvement culturel Amazigh et effectuer une comparaison du rapport à la culture Amazigh par sa diaspora en France, en Algérie, au Maroc, ou encore en Espagne. Mais après de nombreuses discussions auprès des enseignants-chercheurs du master, j’ai dû cadrer mon sujet, qui s’apparentait à ce moment-là d’avantage à un sujet de thèse qu’à un sujet de mémoire.

Au fur et à mesure de mes recherches, j’ai compris l’importance des associations culturelles pour les diasporas, et un passage aux archives nationales lors du M1 a mis en avant la richesse des documents existants autour de l’Association de Culture Berbère. En effet, l’ACB, créée dans les années 1970, est une des premières associations culturelles Amazigh à avoir vu le jour en France, et son impact et son rayonnement à l’échelle nationale est considérable. Ainsi, le cadrage de mon sujet s’est fait autour du milieu associatif, qui occupe à la fois une fonction culturelle, mais aussi sociale, dans l’aide et l’accompagnement à l’insertion dans la société française pour cette population immigrée.

Mon mémoire articule donc les archives de l’association, mais aussi des questionnaires et entretiens que je compte mener auprès des membres de l’ACB, qu’ils soient membres du bureau, bénévoles ou adhérents, afin de comprendre le fonctionnement, les enjeux et l’évolution d’une telle association.

  1. Chantal Bordes-Benayoun, « La diaspora ou l’ethnique en mouvement », Revue européenne des migrations internationales, vol. 28, nᵒ 1, 1 mars 2012, p. 13‑31. Disponible sur https://journals.openedition.org/remi/5700 [consulté le 29 mai 2023]. []
  2. Djamel Alilat, Touareg, Kabyles, Rifains… Qui sont les Berbères d’Algérie ?, Géo [en ligne], 4 janvier 2018. Disponible sur https://www.geo.fr/voyage/touareg-kabyles-rifains-qui-sont-les-berberes-183310 [consulté le 29 mai 2023]. []

Naître dans les camps du Roussillon (janvier 1939 – novembre 1942)

Mémoire préparé par Pierre Gentilleau

Directeur de recherche : Nicolas Marty

De la Retirada en janvier 1939 à la fermeture du Camp de Rivesaltes le 24 novembre 1942, il y a eu parmi les populations internées des femmes enceintes et des accouchements. L’objectif n’est pas simplement de faire un recensement de toutes les naissances de réfugiés internés, mais aussi de comprendre leur parcours.

Il est très difficile de définir un parcours-type pour chaque personne, tant les situations et les cas sont nombreux et différents. Issus de la Retirada au début, mais aussi fuyant l’avance du nazisme en Europe (réfugiés belges, allemands,…), réfugiés français (fuyant la zone occupée), personnes de confessions juives persécutées, personnes d’origines tziganes, etc. Les origines des internements, leur chronologie, leur traitement dans les camps, il y a de nombreux paramètres qui font qu’on ne peut définir un parcours-type pour une maternité en situation d’internement. Mais toutes ces femmes n’ont pas accouché directement dans les camps. Parfois, ce sont les hôpitaux de Perpignan qui prennent le relai. C’est aussi l’aide humanitaire suisse qui dédie une partie de son travail à l’aide aux femmes enceintes, à travers la Maternité Suisse.

Maternité Suisse d’Elne.
Photo Thomas Dob, chargée sur Wikimedia Commons, sous licence CC BY-SA

L’existence de la Maternité Suisse questionne les naissances dans un contexte d’exil et/ou de persécutions.
Les Maternités Suisse, celle de Brouilla (mars – septembre 1939) et d’Elne (décembre 1939 – avril 1942), sont un haut-lieu de l’aide humanitaire suisse pendant les crises de la Retirada et la Seconde Guerre Mondiale. Dans un contexte de restrictions des libertés depuis 1938, et à partir de 1940, de la mise en place du Régime de Vichy collaborationniste, il est impossible de comprendre la Maternité Suisse sans les pressions et les rapports de forces à l’œuvre, qu’ils soient internes (neutralité Suisse, manque de moyens, etc.) ou externes (relations avec le Préfet, les autorités des camps, etc.). Étudier les naissances dans les camps c’est alors mieux comprendre quelle place l’aide humanitaire suisse a dans tout ce système concentrationnaire français, et interroger la place des femmes et des nouveau-nés dans leur système d’internement. C’est aussi questionner quelle place a la Maternité vis-à-vis des camps : est-elle seulement un havre de paix comme elle est souvent décrite ? Ou un moyen pour les autorités de déléguer à des œuvres de secours ce qu’elle ne peut, ou ne veux, pas prendre en charge ? Ou les deux à la fois ?

Étudier les naissances dans les camps, c’est permettre de mieux comprendre l’histoire de la Maternité Suisse, et de mettre en lumière une historiographie pour l’instant vide : les femmes enceintes et les nouveau-nés dans les camps de concentration.

Itinéraire d’un haut fonctionnaire de la présidence de Georges Pompidou : Michel Woimant

Mémoire préparé par Robin Charpiot

Directeur de recherche : Nicolas Marty

Architecte des fantasmes, la politique et ses acteurs ne cessent de nourrir l’imaginaire collectif français. Les hommes et femmes du pouvoir ont toujours suscité une forme d’utopie, d’illusion pour ce qu’ils représentent et ce qu’ils sont. Mais derrière ce « préconstruit »1, qu’en est-il réellement de la trajectoire d’un homme dans son rôle et ses influences dans les prises de décisions politiques ? C’est pour répondre à toute la complexité de cette question, que mon mémoire de Master s’est essayé au « pari biographique »2 en analysant et en décrivant l’itinéraire d’un haut fonctionnaire de la seconde moitié du XXe siècle : Michel Woimant. L’analyse de cette trajectoire individuelle a dépassé très largement le cadre de l’érudition et a été mise au service d’une compréhension plus précise de son objet d’étude, à savoir : l’histoire sociale des acteurs de la politique rurale de Georges Pompidou. Michel Woimant est un ancien pensionnaire de L’École Nationale d’Administration (E.N.A.) qui suit une riche carrière professionnelle au service de l’administration centrale française.

Georges Pompidou.
Bundesarchiv /Steiner, Egon. Déposée sur Wikimedia Commons sous CC-BY-SA

Expert sur les questions d’agriculture, d’urbanisme ou encore de logement, il intègre le cabinet du Premier ministre Georges Pompidou en 1967, avant de suivre l’homme de Montboudif à la présidence de la République en juin 1969. Mon mémoire s’inscrit pleinement dans le renouveau méthodologique du retour de l’histoire politique de la fin des années 1970. Ce retour du politique au-devant de la scène historique est notamment marqué par la volonté de rompre avec l’histoire évènementielle pour comprendre de façon plus globale les acteurs politiques. Ainsi, se développent les biographies, les prosopographies d’hommes au service de l’histoire sociale du politique3. Jacques Le Goff dans un article sur les « retours » dans l’historiographie française moderne évoquait explicitement l’évolution contemporaine de la biographie : « les historiens s’efforcent, dès que l’évolution et que le document le permettent, de prendre pour héros les obscurs, les petits, les sans grade, représentatifs d’un type, d’une catégorie, d’un moment »4. Cette attention nouvelle présente cependant des limites selon les différents appareils politiques et les périodes concernées. L’étude des acteurs de la politique rurale illustre cette vision parcellaire des choix opérés dans l’analyse des entourages présidentiels.

De fait, mon mémoire s’est inscrit dans cette pauvreté historiographique en approfondissant à travers une biographie politique l’histoire sociale de Michel Woimant chargé de mission sur les questions de politique rurale de Georges Pompidou pendant les 3 premières années de sa présidence.

  1. BOURDIEU Pierre, WACQUANT Loïc, Réponse : pour une anthropologie réflexive, Paris, éd. Seuil, 1992, p. 207. []
  2. DOSSE François, Le pari biographique, écrire une vie, Paris, éd. La découverte, 2005. []
  3. NOIRIEL Gérard, « Une histoire sociale du politique est-elle possible ? », Vingtième Siècle, revue d’histoire, n° 24, 1989, pp. 81-96. []
  4. LE GOFF Jacques, « Les « retours » dans l’historiographie française actuelle », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques, n° 22, 1999, disponible sur : https://journals.openedition.org/ccrh/2322. []

Les anarchistes dans les Pyrénées-Orientales de 1870 à 1939

Mémoire préparé par Salih Wernink

Directeur de recherche : Nicolas Marty

L’idéal libertaire comporte une philosophie intéressante ayant pour point de focale la liberté de l’individu. Ayant une certaine passion pour l’histoire de la politique, le cas anarchiste présente dans mon étude de grandes possibilités de réflexion. L’idéal libertaire est un des mouvements sociaux qui par sa consonance apolitique (idée qu’il faut grandement nuancer), s’est effacé face aux divers autres mouvements sociaux de gauche qui sont rentrés dans la sphère politique. Pourtant, une question subsiste. L’idéal politique d’aujourd’hui repose sur la défense des libertés, la possibilité de choix, et la « représentabilité » de l’individu dans un collectif. Comment se fait-il que l’idéologie libertaire qui propose finalement une application plus concrète et plus radicale de ces idéaux, est l’un des seuls mouvements politiques qui s’est effacé, et pourrait-on même dire discrédité au cours du temps ? L’anarchisme tombe aujourd’hui dans un amalgame avec ce que l’on pourrait nommer « l’anomie », c’est-à-dire le chaos total, conséquence d’une absence de loi. La phrase trop facilement utilisée « on tomberait dans l’anarchie » reflète bien le discrédit de l’idéologie éponyme, qui s’est faite de telle sorte à ce que la notion ait perdu sa signification d’origine.

Aussi, est-il question de retracer l’évolution du mouvement, de son point d’apogée à celle de sa presque disparition. La prétention de ce mémoire n’est bien sûr pas de retracer l’histoire générale de l’anarchisme, d’autres l’ont déjà fait de façon exhaustive. Cependant, il y a quand-même l’intention d’apporter sa pierre à l’édifice au travers de l’étude de cas des anarchistes dans les Pyrénées-Orientales. La dimension frontalière du département fait jouer le jeu des mobilités idéologiques qu’il faut identifier et retracer, en ayant comme focale la frontière, qui pose de nombreux questionnements. De plus, la borne chronologique de mon sujet comporte l’épisode de la Guerre civile espagnole, où l’idéologie anarchiste s’est présentée sous ses versants les plus politiques et sociaux. Il faut préciser que l’Espagne et tout particulièrement la Catalogne, présente l’anarchisme comme l’un des pôles des luttes sociales, et plus spécifiquement, l’une des voix dominantes dans l’ensemble des mouvements sociaux. En soi, le contexte de la crise espagnole fut un terreau fertile pour cette idéologie, mais il faut aussi souligner la prépondérance des règles de sociabilités catalanes, qui propose dans leurs dimensions d’autonomie et de réseaux de solidarités officieuses, des connivences avec l’idéologie libertaire.

Notice individuelle d’un anarchiste inscrit dans le Carnet B. Source des Archives départementales des Pyrénées-Orientales, cote 1M784. Photo Salih Wernink

L’un des objectifs de ce sujet est aussi d’étudier les relations entre les différents partis de gauche, et comment les groupements anarchistes s’intègrent dans ceux-ci. La clarification de ces généalogies politiques aurait pour effet d’expliciter l’effacement progressif de l’anarchisme face aux autres mouvements sociaux de gauche. Enfin, il y a une dimension prosopographique dans l’étude : comment analyser des réseaux si on n’en identifie pas les principaux acteurs ? Pour cela, les documents de la surveillance sont d’une importance capitale, car ils proposent des « notices individuelles », fiches de renseignement très exhaustives. L’on y trouve l’identité de l’individu surveillé, sa parentalité, sa profession, une description physique et les raisons de son inscription dans ce qu’on appelle le « Carnet B ». Ce carnet est une base de données où est inscrit tout individu considéré comme étant dangereux pour l’ordre intérieur.

Le « canard » : Protéger la cohésion masculine contre le danger des femmes à l’aune des nouvelles masculinités

Mémoire préparé par Axelle Schmitt-Brachet

Directrice de recherche : Aude Harlé

Mon sujet de recherche porte sur l’expression « être un canard ». Un « canard » est un homme considéré et perçu comme soumis à sa compagne, quand il se montre expressif quant à ses sentiments pour celle-ci et quand il passe « trop » de temps avec elle, notamment au détriment de son groupe d’amis.

Photo cbquebec, déposée sur Flickr, sous licence CC-BY-ND

Au fil de mes recherches, je me suis rapprochée des concepts de masculinité, de cohésion masculine. J’ai cherché à comprendre comment fonctionnent les groupes masculins. Les femmes, outre d’être considérées comme une menace pour la cohésion masculine, sont également un très fort facteur de cette même cohésion. Ce facteur de cohésion est l’hétérosexualité, c’est-à-dire l’attirance pour les femmes et surtout la recherche de relations sexuelles avec elles. Cette hétérosexualité est un facteur à part entière de la cohésion des groupes masculins et un facteur de virilité. La menace est donc la mise en couple, les sentiments accordés aux femmes, c’est ce qui leur donnerait le pouvoir sur les hommes et c’est ce qui prouverait selon certains que les femmes dominent aujourd’hui les hommes dans la société, car si les hommes dominent économiquement et politiquement, les femmes domineraient émotionnellement.

C’est à travers cette réflexion que j’ai été amenée à m’intéresser au concept de « crise de la masculinité » : la masculinité serait en danger à cause du féminisme, la société serait en train de se féminiser et les hommes n’auraient plus de valeurs auxquelles se référer afin de se construire en tant qu’hommes. Les recherches sur ce sujet montrent que ces discours ont existé à toutes les époques et servent en réalité à réaffirmer la domination des hommes sur les femmes. Un des effets de l’étiquette du « canard » est que les hommes se retrouvent plus souvent entre eux : en les poussant à ne pas privilégier leur petite-amie au dépend du groupe d’amis, ils se retrouvent alors à donner une importance particulière à l’entre-soi masculin, voire à se méfier des femmes. J’ai donc fait le lien entre cette volonté de réaffirmation d’un entre-soi masculin dans une société en train de se féminiser et le fait d’exclure les petites-amies (et souvent les filles en général) des groupes masculins.

Je souhaite dès lors questionner la place de la figure du « canard » dans les discours sur la crise de la masculinité, c’est-à-dire questionner la place et l’importance que pourrait avoir cette figure en particulier dans la dynamique contemporaine des discours des hommes se disant être en crise, et notamment à travers les solidarités masculines qui érigent les femmes à la fois comme facteur de la cohésion masculine et comme danger pour cette même cohésion. Je me demande si l’importance de cette figure pour un individu peut être liée à ses représentations de la virilité et des rapports sociaux de sexe en général, ainsi qu’à la volonté de protéger l’entre-soi masculin contre le danger des femmes.

Le processus de mise en couple chez les jeunes

Mémoire préparé par Célia Gargoulaud

Directrice de recherche : Aude Harlé

Le couple est souvent associé à l’amour et il est représenté dans les œuvres cinématographiques ou littéraires comme un sentiment de passion, de fougue, qui se vit fortement, déraisonnablement et qui se termine lorsque l’on meurt. Dans la vie quotidienne, l’amour et le couple font rêver dès le plus jeune âge, la plupart des personnes attendent le grand amour et le coup de foudre. Le couple est encore aujourd’hui très idéalisé, nous pouvons même constater l’existence de sites internet, de livres, de coachs de l’amour, d’émissions télé, proposant des astuces ou des programmes pour trouver le « véritable amour ». On voit l’importance de l’amour dans nos sociétés contemporaines et il est encore très idéalisé dans l’imaginaire collectif. Seulement, le couple n’est pas qu’un sentiment déraisonnable comme le montrent Alain Girard ou Michel Bozon, sociologues ayant réalisé des enquêtes quantitatives, ou bien Marie Bergström et Isabelle Clair ayant mené des enquêtes qualitatives auprès des jeunes.

The Navigator, 1924 (publié sur Flickr, domaine public)

Dans le cadre du Master CCS, j’ai décidé de travailler sur le processus de mise en couple. J’ai choisi ce sujet car le couple prend une place forte dans ma vie personnelle, étant en couple depuis plus de 10 ans. Je me suis attachée à essayer de décrire ce processus pour voir si la manière de faire couple et de choisir son conjoint allait de soi, si c’était quelque chose de libre ou plutôt déterminé. Pour cela, j’ai mené 15 entretiens semi-directifs auprès de jeunes personnes (entre 18 et 30 ans), en couple, sans durée précise de la relation. Ce travail de terrain a fait émerger dans ma recherche de nombreuses questions, car j’ai pu voir que le fait de se mettre en couple est un apprentissage social appris dès le plus jeune âge, mais aussi que suivant la socialisation, les normes du couple se modifient. J’ai aussi remarqué que la formation du couple ne se fait pas par hasard, on ne choisit pas son conjoint ou sa conjointe inconsciemment comme on a pu le penser à travers la littérature, le cinéma, ou bien les discussions entre amis. De plus, j’ai insisté sur la notion de genre, qui m’a semblé essentielle pour ce sujet, et pour savoir si les représentations du couple, et la manière de faire couple se distinguaient entre les hommes et les femmes. Mon analyse plus approfondie me permettra de répondre à ces nouvelles questions : comment le couple s’est-il transformé ? Comment les nouvelles normes du couple modifient celui-ci ? Suivant la socialisation des individus, comment le couple se vit et se construit ? Comment le couple et l’amour se différencient pour les individus ?

Programme des séminaires du Master

Les séances de séminaire sont organisées par les laboratoires CRESEM, FRAMESPA et ART-Dev.

Edition #2 – 2022-2023 “Interroger les catégories de genre”

Après avoir interrogé les catégories sociales, le séminaire propose cette année d’aborder les catégories de genre. De la même façon que les catégories sociales font l’objet d’une construction sociale, il s’agit de s’intéresser à la fabrique du genre, c’est-à-dire à la façon dont cette question sociale doit être resituée dans le contexte socio-historique dont elle est le produit. La question du genre et avec elle, celle de la place accordée aux femmes dans les sociétés, a longtemps été en retrait dans les sciences sociales, tant en raison de la prééminence des hommes dans les positions sociales dominantes et de l’invisibilité sociale des femmes, que, par voie de conséquence, d’un manque de matériaux empiriques à disposition des chercheur-e-s. Les interventions pourront explorer les rapports hommes/femmes, leurs positions respectives, les représentations et catégorisations sociales qui leur sont associées (douceur/ force, intérieur/extérieur…), et s’attacheront à étudier par exemple le monde du travail, l’économie, l’éducation, la famille et la sexualité ou encore la vie politique ou religieuse. En alternant des travaux d’historien-ne-s, de sociologues ou de philosophes, les séances apporteront un éclairage sur la façon dont cette question est traitée aujourd’hui. Il sera ainsi l’occasion de discuter des connaissances produites, des manières communes ou différentes dont sociologues et historien-ne-s se saisissent de cet objet, mais aussi des lignes de continuité ou de changement relatifs aux rapports hommes-femmes au fil du temps dans notre société.

Edition #1 – 2021-2022 “Interroger les catégories sociales”

Les catégories sociales sont au coeur des questionnements de l’histoire et de la sociologie. La remise en cause des grands modèles s’appuyant par exemple sur la notion de classe, d’ordres, de castes ou de groupes socio-professionnels statutaires et prédéfinis, permettant de saisir l’organisation des sociétés, telles qu’elles se pensent ou en action ouvre des perspectives intéressantes pour interroger la complexité de l’organisation sociale. En prenant les « acteurs » au sérieux, en mobilisant le temps long de l’histoire, à la lumière des enjeux contemporains de la sociologie, le séminaire se propose de contribuer à la réflexion des sciences sociales autour de quelques questions. Les grandes catégories sociales ou les groupes professionnels fixés a priori restent-ils valides pour l’analyse de la société ? Avec quelles méthodes, à partir de quels cas concrets est-il possible aujourd’hui de discuter l’écart entre les grandes catégories et la réalité des terrains ? Comment construire des groupes, catégoriser à partir des sources ? Comment réfléchir à l’articulation entre les individus et les différents groupes auxquels ils appartiennent ou avec lesquels ils s’identifient ?

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search