L’articulation des notions d’engagement, d’environnement et d’aménagement urbain chez les habitants de Banyuls-sur-Mer

Mémoire préparé par Antoine Maigné

Directrice de recherche : Mathilde Pette

Depuis quelques décennies, l’écologie s’est imposée comme un sujet d’actualité et d’avenir. Il apparaît désormais urgent de régler les différents problèmes environnementaux qui se multiplient de plus en plus. Aujourd’hui, les gouvernements incitent chaque individu à faire preuve de responsabilité vis-à-vis de son environnement et à contribuer à son échelle à une lutte globale en faveur de l’écologie. La nouvelle génération se retrouve alors plus que jamais comme étant celle qui doit faire changer les choses.

Ce contexte m’a donc amené à me questionner sur la notion d’ « écologie » et m’a poussé à la mettre au cœur de mon mémoire. Au cours de ma licence de sociologie, j’ai également eu l’occasion de réaliser quelques travaux sur les aménagements urbains de la ville de Pau. Je me suis alors rendu compte qu’il est difficile d’étudier l’aspect écologique de ces projets sans le lier à d’autres thématiques telles que l’économie, la politique ou encore le social. Il est donc nécessaire selon moi de ne pas penser les aménagements urbains sous un seul et unique prisme, mais de multiplier les entrées sur ce sujet. Lorsque j’ai débuté mon mémoire l’an dernier, j’ai tenu à étudier l’impact de l’urbanisation sur le littoral méditerranéen. C’est donc pour cela que je me suis intéressé au cas de la ville de Banyuls-sur-Mer. Je me suis toujours interrogé sur la position que pouvaient adopter les habitants d’une ville aussi touristique face aux aménagements urbains mis en place pour attirer toujours plus de visiteurs.

« Banyuls-sur-Mer = Béton sur Mer »
Photo prise par mes soins le 27 février 2022 sur le chemin de randonnée reliant Banyuls-sur-Mer à Port-Vendres

Pour répondre à mon questionnement, j’ai décidé de réaliser une étude monographique de la ville de Banyuls-sur-Mer : l’idée est ici d’avoir une vision globale de la ville, de ses enjeux, de ses projets, de sa politique, et ainsi de pouvoir mettre en perspective ces éléments avec son évolution et son histoire. Mon approche est complétée par l’exécution d’entretiens semi-directifs destinés à l’obtention d’un point de vue plus personnel autour des trois thématiques que je cherche à analyser, chez les habitants.

En somme, l’objectif de cette enquête n’est pas seulement d’essayer de comprendre comment les individus perçoivent les aménagements urbains qui sont à l’œuvre dans leur ville, mais aussi de se demander quel en est l’impact sur le plan écologique. Cette enquête permet également de mettre en lumière la place de l’écologie dans la vie des individus. En effet, malgré l’injonction de plus en plus pressante qui nous pousse à changer nos modes de vie pour être plus en phase avec la nature, l’écologie n’est peut-être pas la priorité de tous. Il sera aussi possible de s’interroger sur la manière de vivre cette lutte écologique, en d’autres termes, cette lutte doit-elle être uniquement collective, ou peut-elle être individuelle ?

L’identité et la mémoire des immigrés et descendants d’immigrés espagnols dans les Pyrénées-Orientales

Mémoire préparé par Clément Fernandez

Directrice de recherche : Mathilde Pette

Choisir mon sujet de recherche a été dans ma situation une étape compliquée. Au départ, c’est l’océan de possibilités qui me freinait. C’est en discutant avec ma directrice de recherche que l’idée de départ m’est venue : les parcours des immigrés espagnols en zone rurale dans les Pyrénées-Orientales. L’outil de récolte de données que je privilégiais était l’entretien semi-directif sur les parcours de vie. Celui-ci est d’ailleurs resté le centre de ma recherche.

C’est seulement plus tard, avec la réalité du terrain, que quelques bouleversements ont eu lieu. L’une des premières étapes dans l’élaboration d’une recherche est la définition des concepts et notions centraux à celle-ci. Dans le champ de recherche dans lequel j’essaie de m’inscrire, les notions principales sont celles d’ « étranger » et d’ « immigré ». Après avoir écumé des lexiques de sociologie et les définitions données produites par les instituts de statistique, je me suis assez vite rendu compte que ces catégories allaient être très compliquées à appliquer à la réalité de mon terrain.

Au-delà d’un débat théorique, j’avais une question que je voulais traiter à travers cette recherche : qu’est-ce qu’être « Espagnol » ? Cette question est importante pour moi, mon sujet a une dimension personnelle puisque je suis moi-même descendant d’immigrés espagnols. De ce fait, mon histoire personnelle est remplie d’histoires autour de ce phénomène, et mon identité en est aussi impactée. C’est aussi cette dimension qui m’a poussé à élargir mon sujet et à enquêter non plus seulement sur les immigrés, mais aussi auprès de leurs descendants.

Passeports et carte de séjour © Clément Fernandez

La notion d’ « identité » s’est présentée à moi dès le départ et je l’ai gardée comme centrale. Cependant il y en avait une autre qui était aussi déjà sous-jacente, mais je ne l’ai perçu que plus tard. Je parle de la notion de « mémoire ». En effet, traiter des parcours de chacun, et dans le cas des descendants, des parcours de leurs ascendants, impliquait de questionner ce que ces personnes retiennent de leur histoire, et le sens qu’elles lui donnent. Durant ma première année, quand j’étais en plein travail de construction de mon objet de recherche, j’ai eu l’opportunité de travailler en tant que service civique au Mémorial du Camp de Rivesaltes dans le cadre d’une enquête sur les publics. Ce lieu centré sur la mémoire a influencé mon sujet, d’autant plus que les questions de l’immigration et de l’histoire de l’Espagne lui sont liées. C’est en étant très souvent présent au Mémorial que j’ai pu comprendre l’importance de la notion de « mémoire », en la voyant à l’œuvre par le travail que j’y menais, et par les discussions avec le personnel.

C’est donc ainsi que j’ai compris que je cherchais humblement, à travers ma recherche, à apporter ma petite pierre à cet édifice et à essayer d’amener des éléments de réponse par le travail sociologique, sur l’imbrication du phénomène migratoire avec la construction des identités des individus par la façon dont ils racontent leur histoire personnelle et familiale, et l’histoire des nations et des régions où ils vivent.

La politisation des immigrés

Mémoire préparé par Marie Bernard

Directrice de recherche : Mathilde Pette

Les décisions politiques, à différents niveaux, exercent une influence sur la vie des immigrés en France. A la fois sur la manière dont sont accueillies ces personnes (logement, école, accès au travail, etc.), dans le droit qui leur sera ou non accordé pour rester sur le territoire, mais aussi dans leur relation avec les autochtones. En effet, être enfermé dans une chambre d’hôtel, ne pas parler la langue du pays, ne connaitre personne sur place, en bref être livré à soi-même est une situation récurrente pour les migrants. Ils peuvent cependant se tourner vers des associations mises en place pour les aider à la fois sur le plan juridique et pour l’apprentissage du français.

A Perpignan, l’association Welcome 66 a pour but la mise en place d’activités entre « immigrés » et « indigènes » afin de partager des moments en commun et de favoriser leur intégration. J’ai ainsi intégré cette association afin de pouvoir y faire mes observations. J’y ai rencontré des militants ainsi que des immigrés avec qui j’ai ensuite mené des entretiens par la suite.

Pique-nique d’été avec les adhérents et bénéficiaires de l’association
Photo Welcome 66

Dans mon mémoire, je cherche à interroger la politisation des immigrés et en l’occurrence des jeunes immigrés arrivés en France il y a peu. Leur rapport à la politique est fort dans leur vécu, étant donné que leur statut administratif dépend de décisions préfectorales. Mais sont-ils conscients des enjeux politiques qu’ils vivent et surtout s’engagent-ils dans leur propre cause comme nous pouvons le voir avec les manifestations de populations immigrées ?

De plus, les militants qui se sont engagés dans cette association politisent-ils leur lutte ? Comment la politique s’immerge-t-elle dans une association se disant elle-même « apolitique » ? Pour répondre à ces questions, j’ai fait une immersion en tant que bénévole au cœur des activités proposées par les immigrés mais aussi par les autres bénévoles. Puis, j’ai interrogé différents acteurs afin de voir comment la politisation des immigrés est menée (ou non) par les autres pour eux et/ou par eux-mêmes. J’ai enfin eu l’opportunité de réaliser un stage de plusieurs mois au sein de l’association en partenariat avec le dispositif Traits d’Union de la MSH Sud à Montpellier).

L’expérience de l’avortement illégal avant 1975 en France

Mémoire préparé par Héléna Jose

Directrice de recherche : Sophie Avarguez

Pour moi, l’avortement a toujours été une évidence dans la société dans laquelle je suis née. Bien sûr, je connaissais le combat de Simone Veil pour l’IVG (interruption volontaire de grossesse) et sa victoire en 1974 lorsque la loi autorisant l’avortement a été votée par l’Assemblée nationale, mais cela me paraissait assez lointain. Aujourd’hui, les lois encadrant la procréation et surtout la fertilité des femmes sont sans cesse discutées et ce dans de nombreux pays. Aux Etats-Unis, par exemple, on observe le développement de mesures visant à restreindre, voire à interdire l’avortement. Tout récemment, en mai 2022, l’état de l’Oklahoma a voté l’interdiction totale de cette pratique. A l’inverse, en France depuis le mois de mars 2022, le délai légal d’IVG a été allongé passant de douze à quatorze semaines de grossesse. Ce sujet reste donc très actuel.

Manifestations pour le droit à l’avortement aux Etats-Unis en 2022
Photo Janni Rye (domaine public), déposée sur Wikimedia Commons

En entrant dans le Master Civilisations, Cultures et Sociétés de l’UPVD, ma directrice de recherche m’a proposé de produire une recherche qui lui tenait à cœur : l’avortement clandestin avant 1975. Tout au long de cette année de Master 1, je me suis peu à peu approprié mon sujet de recherche. Il m’a d’abord fallu me renseigner sur cette histoire et j’ai rapidement compris que cette pratique était relativement peu étudiée par les sciences sociales. Il est encore plus difficile de trouver des travaux concernant ce thème avant la loi Veil du fait d’un contexte de clandestinité. Toutefois, les ouvrages Histoire de l’avortement, XIXe- XXe siècle de Jean-Yves Le Naour et Catherine Valenti (2003) et La condition fœtale : une sociologie de l’engendrement et de l’avortement de Luc Boltanski (2004) ont été fondamentaux pour ma recherche.

Suite à ces lectures, j’ai décidé que ma recherche aura pour objectif de recueillir des témoignages sur l’expérience de l’avortement illégal ou clandestin avant la 1975. Je souhaite écouter des personnes qui ont peu intéressé la sociologie, recueillir leur discours subjectif sur leur vécu (motivations, sentiments, etc.) et leurs représentations liées à l’avortement. L’étape du passage des entretiens semi-directifs m’a donc permis de rentrer plus concrètement dans le travail de chercheure. J’ai eu l’occasion de rencontrer une quinzaine de personnes ayant avorté illégalement ou ayant vécu cette expérience de manière indirecte (aide à des femmes, parent concerné, etc.). Leurs récits m’ont apporté des informations sur les divers enjeux sociaux gravitant autour de cet événement particulier : les inégalités existantes face à l’avortement dues au contexte de clandestinité ou encore les différentes visions de la maternité chez mes enquêté.e.s. De plus, au cours de la collecte de données sur mon terrain, mon questionnement a évolué : il me semble aussi nécessaire de comprendre le vécu du passage de la loi Veil et de saisir les opinions que mes enquêté.e.s ont de la manière dont l’avortement est pratiqué dans le milieu médical.

Les métiers d’aiguilles dans la ville de Perpignan au XVIIIe siècle

Mémoire préparé par Amandine Capelet

Directeur de recherche : Julien Lugand

Le master Civilisations, Cultures et Sociétés de l’Université de Perpignan Via Domitia porte en lui la volonté d’apporter de nouvelles connaissances dans les domaines de l’histoire, de l’histoire de l’art et de la sociologie. Pour le « parcours histoire », l’accent est mis sur l’histoire sociale locale – mon mémoire sur les métiers d’aiguilles dans la ville de Perpignan au XIIIe siècle est dirigé en ce sens. Ma recherche se concentre sur les métiers de tailleur, boutonnier, passementier ainsi que de brodeur. Ces métiers visent à valoriser les textiles – civils comme religieux -, leur ornementation, et nécessitent un travail minutieux de couture ou de broderie, ils sont dans la capitale du Roussillon de l’Ancien Régime régis par trois communautés de métier différentes : celle des peintres, doreurs, sculpteurs et brodeurs ; celle des tailleurs, fripiers d’habits en vieux et en neuf ; ainsi que celle des boutonniers, passementiers et enjoliveurs. Mon étude se concentre sur la période antérieure à l’édit de mai 1779 portant sur la suppression des communautés d’Arts et de Métiers établies dans les villes du ressort du Conseil de Roussillon. Il modifie la place des brodeurs qui se voient entrer dans la corporation des « tailleurs, fripiers d’habits en neufs et en vieux, brodeurs et chasubliers ».

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Étudier les conditions sociales de ces acteurs, tenter d’en retracer leurs réseaux d’apprentissage, professionnels et familiaux, c’est apporter de nouvelles connaissances à l’histoire plus générale, non seulement des communautés de métiers sous l’Ancien Régime, mais également de la ville de Perpignan. C’est également effectuer un travail délaissé par l’historiographie de l’histoire de l’art, qui a pendant longtemps mis de côté l’histoire sociale, négligeant l’étude des métiers, en particulier dans des provinces jugées secondaires au regard des grands foyers culturels français et européens.

En somme, l’ambition de cette recherche est de retracer l’évolution d’un groupe social, d’en identifier la place, non seulement entre les différentes corporations des métiers d’aiguilles, mais également au regard de la société dans laquelle ils ont évolué. Il s’agira également de questionner leurs origines sociales, les structures qui les régissent, et de mettre en lumière les réseaux qui animent leurs différentes activités artisanales.

Les migrations de travail dans le Roussillon (1770-1790)

Mémoire préparé par Kossi Noubabou

Directeur de recherche : Patrice Poujade

La migration est généralement définie comme un déplacement de personnes d’un lieu vers un autre, notamment d’un pays (émigration), vers un autre (immigration), pour des raisons qui peuvent être à la fois politiques, sociales, économiques. Elle est le fait, soit d’une population entière, soit d’individus s’intégrant dans un phénomène de société beaucoup plus large. Hommes et femmes, pendant un certain moment de leur vie, sont poussés à quitter leur milieu d’origine au profit d’un autre afin de s’établir de façon temporaire ou définitive1. Ainsi, l’un des principaux facteurs qui aurait le plus contribué à la migration des individus à l’époque moderne est la quête du travail.

L’objectif que je poursuis dans ce mémoire, est d’étudier les éléments qui interviennent dans la migration de travail. Il a pour cadre d’étude la province Roussillon vers la fin du XVIIIe siècle, (1770-1790). J’ai choisi cinq paroisses de cette province pour réaliser cette étude, à savoir Collioure, Rivesaltes, Elne, Ille-sur-Têt et Thuir.

Le choix de ces paroisses n’est pas neutre, il se justifie par la place qu’elles occupent dans la province. Elles bénéficiaient d’un certain nombre d’activités économiques, notamment le commerce et l’agriculture, ce qui aurait amené, me semble-t-il, certains individus à migrer vers ces paroisses.

Pour avoir des éléments de réponse à ma question de départ, je me suis basé sur les registres paroissiaux (actes de baptêmes, de mariages et de décès), pour identifier les individus migrants. Je vais mobiliser également les actes notariés pour faire le croisement de ces sources, afin de mieux connaître la vie privée ou de rentrer dans l’intimité des populations de l’Ancien Régime, en particulier des migrants. Certains ouvrages spécifiques2 ou ouvrages collectifs1 et d’autres documents traitant de la question migratoire seront utiles pour compléter ces deux sources.

Acte de décès, paroisse de la ville de Collioure (6 juin 1779)
Source : ADPO66, cote : 2 E822-23
  1. Caracausi Andrea, Rolla Nicoletta et Schnyder Marco (dir.), Travail et mobilité en Europe (XVIe-XIXe siècle), Villeneuve d’Ascq, France, Presses Universitaires du Septentrion, 2018, 268 p. [] []
  2. Poujade Patrice, Le voisin et le migrant hommes et circulations dans les Pyrénées modernes, XVIe -XIXe siècle, Rennes, Presses universitaire de Rennes (coll. « Histoire »), 2010, 369 p. []

Structures et hiérarchies sociales à Saillagouse au cours du XVIIIe siècle

Mémoire préparé par Anthony Baud

Directeur de recherche : Patrice Poujade

Vue panoramique de la Cerdagne (photo Tybo2, CC BY)

Ce sujet de mémoire s’inscrit comme une première étape pour un travail de plus grande ampleur cette année, afin de comprendre les espaces montagnards. La Cerdagne, en tant qu’espace de vie et zone administrative au XVIIIe siècle, est un territoire peu connu de l’Histoire française. Ainsi, s’intéresser à la société dans cet espace permettrait de mieux comprendre comment vivaient les individus à l’époque. La question des structures et des hiérarchies oblige à s’intéresser et à créer parfois des classements, des groupes d’individus détenant des caractéristiques proches.

C’est dans ce cadre-là que cette étude d’Histoire sociale prend place. Elle vise à étudier les groupes sociaux basés essentiellement sur les données analysées des métiers, des fonctions politiques… Le travail consiste alors en une comparaison sur le temps long afin d’y observer les évolutions.

Ainsi, j’ai voulu montrer toute la pertinence de l’analyse individuelle concernant certains habitants afin d’apporter plus de profondeur aux données plus quantitatives recueillies à travers les sources.
Plusieurs structures ont pu être mises en avant. Les métiers sont le premier point à prendre en compte, car relativement visibles dans les sources malgré une société qui repose sur la pluriactivité. La seconde structure importante est la cellule familiale, très ancrée en Cerdagne et dans les cultures pyrénéennes en général. On pourrait aussi mettre en avant les structures politiques au sein de la communauté et de la viguerie, nom donné à la circonscription judiciaire, administrative et policière qui sert de courroie de transmission entre le pouvoir central et la population.

Ces différentes structures amènent à penser les hiérarchies au sein des communautés villageoises de Saillagouse, Ro et Vedrignans. J’ai pu observer la relative domination de certains métiers par rapport aux autres, des aînés par rapport au reste de la fratrie. Cette domination se fait suivant plusieurs facteurs relevant du poids économique de la personne, de la richesse de ses relations sociales et de la portée politique de l’individu. Dans ce cadre, il convient de prendre connaissance des alliances matrimoniales entre les familles et de toute sorte de relations et liens entre des individus, permettant de comprendre comment fonctionne véritablement l’ascension sociale dans la paroisse de Saillagouse. Les réseaux entre les familles et les personnes sont donc l’organe le plus important de cette recherche et il convient de pousser plus loin afin d’améliorer la compréhension réelle du monde dans lequel vivaient les habitants de Saillagouse au XVIIIe siècle. Cette idée est d’autant plus intéressante que le schéma de domination n’est pas forcément pyramidal ou que les personnes les plus riches n’ont pas forcément le plus grand poids politique. Les hiérarchies sont donc multiples, d’autant plus que les individus dominant le reste du village ont besoin le plus souvent des individus se retrouvant au pied de cette pyramide. Ainsi, il faut repenser les rapports au sein de la société moderne à travers les relations plus que de les penser à travers les groupes.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search