Une histoire sociale de l’Aiguat : Les instituteurs du Haut-Vallespir et la catastrophe de 1940

Mémoire préparé par Joris Villaseque

Directeur de recherche : Nicolas Marty

Dans le cadre complexe de l’histoire environnementale, il est essentiel de reconnaître les acteurs souvent invisibles qui ont façonné notre compréhension des désastres naturels. Mon étude porte sur rôle des instituteurs dans les Pyrénées-Orientales pendant l’aiguat de 1940. Cela met en lumière l’importance cruciale de ces figures locales, à la fois témoins et acteurs clés de la résilience dans la région du Haut-Vallespir. L’aiguat, terme local désignant des inondations catastrophiques, a profondément marqué cette région montagneuse en 1940, causant destructions et bouleversements majeurs.

Photographie prise en octobre 1940 à Amélie-les-bains après la catastrophe de l’aiguat.
Source : dossier Maurice Pardé (1942), Archives départementales des Pyrénées-Orientales, 2J140.

S’appuyant sur le « dossier Pardé », un ensemble de correspondances d’instituteurs rédigées durant et après la crise, cette recherche a adopté une approche méthodique et réfléchie. Conservé aux Archives Départementales des Pyrénées-Orientales, ce dossier comprend des dizaines de lettres et rapports, principalement de la part d’instituteurs, compilés par l’hydrologue Maurice Pardé pour analyser l’impact des inondations. Ces documents exceptionnels révèlent comment ces éducateurs, ancrés dans leur environnement et formés en sciences, ont observé, décrit et analysé le cataclysme, agissant en tant que chroniqueurs perspicaces et interprétant les événements à travers leur expérience personnelle et leur formation.

En contribuant à la création d’une mémoire collective autour de l’événement, ils ont documenté et analysé les défis et les réponses de la société face à l’adversité, évitant ainsi les répétitions dans la narration de leur expérience.

Cette exploration historique présente un tableau de résilience et de coopération communautaire, soulignant le rôle essentiel des réseaux d’information locaux et de l’entraide dans la gestion de la crise. Les récits, ancrés dans l’expérience sociale et culturelle de l’époque, illustrent l’importance des instituteurs dans la gestion des crises naturelles.

Ce travail invite à une réflexion sur l’utilisation des connaissances et compétences historiques dans la gestion des défis environnementaux actuels. Une approche interdisciplinaire, intégrant par exemple les contributions de professionnels avec des disciplines scientifiques, semble indispensable pour appréhender la complexité des interactions entre les sociétés humaines et leur environnement. L’étude souligne l’importance d’intégrer les leçons du passé dans notre préparation aux futures crises environnementales.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Yves Chevaldonné (29 mai 2024). Une histoire sociale de l’Aiguat : Les instituteurs du Haut-Vallespir et la catastrophe de 1940. Master Civilisations, cultures et sociétés (UPVD). Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11qnf


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search