La place sociale des pêcheurs de Saint-Laurent-de-la-Salanque au XIXème siècle

Mémoire préparé par Enzo Dubois

Directeur de recherche : Nicolas Marty

Barques catalanes amarrées au quai
Source : Fanny D sur Flickr (Licence CC Attribution)

Pour mon mémoire de master, j’ai décidé de m’intéresser à l’histoire des gens de mer à l’époque contemporaine, qui prend place dans un ensemble plus large qui est l’histoire maritime. À partir des années 1980, une attention plus grande est portée aux pêches côtières et aux petits ports. C’est à cette période que les gens de mer deviennent un objet d’histoire sociale, prisé notamment par les modernistes. Si la grande majorité des travaux d’histoire maritime se focalise sur la façade atlantique, il existe peu de thèses relatives à la façade méditerranéenne.

Pour le cas du Roussillon, Collioure, siège d’une amirauté de 1691 à 1790, concentre une part écrasante de la recherche historique maritime. Pourtant, au XIXème siècle, la Salanque est un centre de pêche reconnu à l’échelle régionale. En 1801, près de la moitié des habitants de Saint-Laurent-de-la-Salanque exercent une activité en lien avec la mer1. Cette commune est même le siège d’une prud’homie maritime, institution qui rassemble les patrons-pêcheurs afin de réguler la pêche au niveau local, ce qui montre l’importance de cette micro-région dans l’activité de la pêche.

L’objectif de ce travail est de réaliser une prosopographie des pêcheurs salanquais au XIXème siècle, période de mutation majeure pour l’ensemble du territoire salanquais, affecté par l’essor considérable de la viticulture et le déclin relatif de la pêche.

Plusieurs questions apparaissent alors : Qui sont les pêcheurs ? Quel est leur niveau de richesse ? Forment-ils un groupe homogène ? Pratiquent-ils la pluriactivité ? Sont-ils propriétaires ? Existe-t-il une endogamie et/ou une reproduction professionnelle ? Sont-ils présents en politique ? Comment s’adaptent-ils aux mutations socio-économiques ?

Toutes ces interrogations amènent à se questionner sur la place sociale des pêcheurs salanquais et son évolution au sein d’une société en pleine mutation au cours du XIXème siècle.

L’utilisation des sources de l’état civil offre une approche de l’endogamie et de l’alphabétisation (étude des signatures des registres), tandis que le cadastre napoléonien et les sources notariales servent de support à l’analyse économique de ce groupe. Dans une dernière partie, le rapport aux autres est étudié sous le prisme religieux, politique et judiciaire principalement par le biais des sources du conseil de fabrique et des tribunaux de paix.

  1. LOUBERE Léo et SANDSTROM Roy, « Saint-Laurent-de-la-Salanque : étude de structure sociale, 1801-1906 », Annales du Midi, 1989, vol. 101, n°188, p. 409-427. Disponible sur : https://www.persee.fr/doc/anami_0003-4398_1989_num_101_188_2256 []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Yves Chevaldonné (29 mai 2024). La place sociale des pêcheurs de Saint-Laurent-de-la-Salanque au XIXème siècle. Master Civilisations, cultures et sociétés (UPVD). Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11qng


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search